Qui était Jésus?

La vie de Jésus s’est déroulée sous le règne des empereurs Octave Auguste et Tibère. L’Empire romain jouissait de la Pax Romana, une période de stabilité, caractérisée à la fois par le calme au sein de l’Empire et par la sécurité à l’extérieur.

Dans ce contexte historique, il a semé le germe d’une religion s’adressant à tous les êtres humains, universelle et transcendant des concepts tels que la patrie ou la race : la religion chrétienne.

Il a vécu à Nazareth avec sa famille jusqu’à son départ pour Capharnaüm où il a entamé sa prédication.

C’est là que sont venues des multitudes de personnes pour écouter ses enseignements et aussi des personnes malades dans l’espoir qu’il les guérisse.

Jésus réunit autour de lui les apôtres, parmi lesquels il ne devait exister aucune hiérarchie: ils seraient comme des frères, même si certains d’entre eux comme Jacques, Jean et Pierre faisaient partie de son cercle le plus intime. Jésus leur disait qu’il allait faire d’eux des pêcheurs d’hommes.

Il utilisait des paraboles pour expliquer ses enseignements, comme celle du fils prodigue, où l’amour du père pour le fils qui revient au foyer représente la miséricorde de Dieu envers les pêcheurs repentis.

Ou celle du bon Samaritain. Les habitants de Samarie étaient méprisés par les juifs, à la fois pour leurs coutumes idolâtres et parce qu’ils se mêlaient à des étrangers, et Jésus choisit précisément un Samaritain pour donner une leçon sur la charité et l’aide aux nécessiteux.

En plus des paraboles, il utilisait aussi des aphorismes expressifs. Par exemple : « si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre joue » ou

« ne juge pas et tu ne seras pas jugé » et

« que celui qui n’a jamais pêché lance la première pierre ».

Parmi ses plus fidèles disciples, il y avait aussi des femmes, comme Marie-Madeleine ou comme Marthe et Marie, qui accueillaient Jésus dans leur maison quand il visitait Béthanie. 

Les enfants occupaient une place particulière dans son cœur. 

Un jour, il prit un enfant, le plaça au milieu des personnes et dit : « celui qui se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux ».

Une fois, lors de sa visite à Jérusalem pour célébrer la Pâque, il vit que le temple, lieu sacré de prière, était devenu un repaire de voleurs.

En colère, il renversa les tables de change et frappa les marchands avec un fouet. 

Ses enseignements faisaient de lui un personnage dangereux pour les autorités religieuses. Ils tentaient de lui tendre des pièges pour le livrer à Pilate : « Est-il licite de rendre hommage au César ? En répondant « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », Jésus avait ainsi établi la séparation entre le monde spirituel et le monde terrestre.

Il dit aussi : « si je voulais, je pourrais détruire ce temple fait de main d’homme, et en trois jours j’en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d’homme ».

Les grands prêtres réalisèrent que leur temple était menacé et, avec lui, leurs richesses et leurs privilèges, et ils ne tardèrent pas à l’arrêter et à le livrer au préfet romain, Ponce Pilate, pour qu’il le condamne à mort.

Pilate, craignant une révolte populaire, accepta de le crucifier pendant la période de Pâque et, dans un acte symbolique, se lava les mains pour s’exonérer de cette responsabilité.

Mais Jésus avait déjà créé autour de lui un cercle de disciples fidèles au sein duquel il avait déposé le germe de sa doctrine, qui se propagerait ensuite aux quatre coins de la terre.

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites