L´Inquisition Espagnole II

L’année 1478 marque l’avènement de l’Inquisition espagnole instaurée par une bulle du pape Sixte IV qui accorda son contrôle aux Rois catholiques.

Le religieux dominicain Frère Thomas de Torquemada fut le Premier Inquisiteur général. Il avait des ancêtres convers et était le Confesseur de la reine Isabelle la Catholique.

L’Inquisition n’agissait pas contre des fidèles d’autres religions, mais contre les hérétiques et les faux convertis.

En 1391, il y eut d’importantes révoltes contre les juifs avec des pillages, des massacres et la destruction des juiveries de Séville, Cordoue, Tolède, Barcelone, etc. Cela donna lieu à des conversions forcées à la foi catholique.

Après les révoltes de 1449 à Tolède, le jugement statut fut promulgué. Il établissait la pureté de sang en vertu de laquelle il fallait prouver que l’on descendait de vieux chrétiens, ce qui empêchait les convertis d’accéder à des postes municipaux ou à d’autres institutions.

Au cours du XVe siècle, un grand nombre de juifs se sont convertis au christianisme, ce qui suscita l’apparition d’un nouveau groupe social : les juifs convertis, aussi appelés les nouveaux chrétiens, qui étaient mal vus tant par les juifs que par les chrétiens, étant donné que bon nombre d’entre eux continuaient de pratiquer leur religion dans la clandestinité.

La réalité est que la conversion était la seule façon d’échapper à d’éventuelles persécutions et le moyen d’accéder aux emplois qui leur étaient interdits.

En fait, beaucoup de ces convertis étaient parvenus à accéder à des postes très importants, même dans la carrière ecclésiastique.

Les antécédents de l’expulsion des juifs résident dans :

  • la politique d’unification du pouvoir des Rois Catholiques.
  • Les harangues de l’archidiacre d’Écija à Séville ont également joué un rôle important.
  • Et enfin, il faut aussi mentionner les rivalités existantes entre juifs et convertis et les pratiques judaïsantes des crypto-juifs.

En 1492, les Rois Catholiques ordonnent l’expulsion des juifs de Castille et d’Aragon en promulguant l’édit de Grenade. Ces juifs reçoivent l’appellation de Séfarades, tirée du terme Sefarad (Espagne).

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites