Guadalajara à voir

Guadalajara est une ville aux mille et un coins chargés d’histoire.

Les historiens localisent son origine à proximité de la ville ibère d’Arriaca, dont le nom signifie rivière de pierres. Un site qui passerait ensuite sous la domination romaine. Cependant, nous ne pouvons pas parler d’un établissement proprement dit jusqu’à l’époque de l’Al-Andalus. D’après nos connaissances, à partir du VIIIe siècle, il y a un pont sur la rivière Henares, une mosquée et l’Alcázar.  En effet, la domination musulmane a duré près de quatre siècles, jusqu’à ce que, à la fin du XIe siècle, l’enclave passe sous le contrôle de la Castille et de son roi, Alphonse VI.

La conquête de Guadalajara s’inscrit dans le processus de conquête du Royaume (Taïfa) de Tolède, et les légendes laissent penser qu’Alvar Fáñez de Minaya, l’un des lieutenants du Cid, était à la tête des troupes espagnoles chargées de prendre la ville au printemps de 1085. La victoire à la bataille des Navas de Tolosa, en 1212, a définitivement éloigné la frontière vers le sud. Et à Guadalajara, c’est sur les fondements de la mosquée antérieure que s’amorce la construction d’une église mudéjar que nous connaissons aujourd’hui comme la Concathédrale de Sainte-Marie.  

Plus tard, durant la seconde moitié du XIVe siècle, la famille Mendoza s’installe à Guadalajara, avec quelques-uns de ses membres les plus éminents comme Íñigo López de Mendoza, Marquis de Santillana, ou le Cardinal Pedro González de Mendoza.

La notoriété de Guadalajara était telle que l’on y construisit le magnifique Palais de l’Infantado, de style gothique-isabellin avec des éléments Renaissance, et qui accueillerait deux des noces royales les plus remarquables de l’époque moderne.  Celle de Philippe II avec Isabelle  de Valois en 1559 et celle de Philippe V avec Isabel de Farnesio en 1714. 

D’autres bâtiments emblématiques de la ville sont le Palais de la Cotilla, du XVIIe siècle, qui comprend une pièce avec un salon de thé chinois, et aussi le Panthéon de la Duchesse de Sevillano, monument funèbre construit en 1916, recouvert d’une belle coupole en céramique vitrée et décoré de splendides ornements. 

La ville n’a pas été épargnée par les conflits qui ont ravagé l’Espagne. La Guerre de Succession, la Guerre d’Indépendance contre les Français et, bien entendu, la Guerre civile durant laquelle Guadalajara a été sévèrement touchée.

Mais la ville a repris le dessus et a profité de sa proximité avec la zone métropolitaine de Madrid et de l’expansion urbaine et industrielle du Corridor de Henares. N’oublions pas que Guadalajara est beaucoup plus qu’une ville, c’est aussi une province qui fait partie de la région de Castille-la-Manche.

Riche en villages emblématiques, comme Cogolludo, avec le Palais ducal Renaissance de Medinaceli ; Atienza, avec son château dans la partie haute du village qui permet de surveiller l’ensemble de la circonscription ; Sièvre, protégée par des remparts, qui abrite le tombeau du damoiseau dans sa cathédrale et un parador très réputé dans son château. Brihuega, qui invite à découvrir son immense patrimoine culturel, tout en modifiant son paysage pour attirer des revenus et de nouveaux résidents. Ou Pastrana, avec ses deux illustres figures qui ont coïncidé à la même époque : la Princesse d’Éboli et Sainte-Thérèse de Jésus, tout comme avaient coexisté à une époque antérieure les chrétiens, les juifs et les musulmans.

En définitive, Guadalajara est une contrée qui invite à de paisibles promenades et à la découverte de l’immense héritage qu’y a laissé l’amalgame de cultures.

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites