CACERES: QUE VOIR?

CACERES: QUE VOIR?

« Cáceres es la cabeza, Trujillo el corazón, Plasencia la que no llora, Coria se enmudeció ».

Cáceres est la deuxième plus grande province d’Espagne, la première étant la province voisine, Badajoz. Elles font toutes deux parties de la Communauté autonome d’Estrémadure et partagent leur frontière avec le Portugal.

À Cáceres, on trouve des vestiges de la Préhistoire dont l’origine remonterait à la colonie romaine de Norba Caesarina, près de la route connue sous le nom de Via de la Plata (route de l’argent), qui reliait le sud et le nord de la péninsule ibérique.

Les Wisigoths rasèrent la colonie romaine et ce n’est qu’au VIIIème siècle, avec l’invasion arabe, que l’on reparla de la ville. De cette époque, il nous reste les vestiges de la muraille almohade et la citerne.

La reconquête chrétienne de Cáceres eût lieu en 1229 par Alphonse IX de León, qui lui accorda ses propres chartes et réserva une partie importante des terres aux ordres militaires de Santiago et Alcántara.

Plus tard, avec les Rois catholiques, la ville se développa et des personnages décisifs originaires d’Estrémadure participèrent à la conquête de l’Amérique, comme Hernán Cortes au Mexique, Pizarro au Pérou, Francisco de Orellana en Amazonie et Fray Nicolás de Ovando, gouverneur de l’île d’Hispaniola, entre autres.

Les guerres successives subies au cours des siècles suivants provoquèrent le déclin des terres d’Estrémadure : notamment la guerre des Communautés avec Charles Ier, la guerre de la Restauration portugaise qui conduisit à l’indépendance du Portugal et la guerre d’Indépendance espagnole contre les troupes napoléoniennes.

Au XIXème siècle, elle connût une croissance importante grâce à la découverte des mines de phosphate et à l’arrivée du chemin de fer en 1881.

La vieille ville de Cáceres, protégée par ses murailles, est un monument en soi. On y trouve la co-cathédrale Sainte-Marie, l’église Saint François-Xavier de style baroque ou l’église Saint-Matthieu à la façade plateresque.

La muraille conserve différentes tours et portes d’entrée telles que l’arc de la Estrella, avec la tour de Bujaco, symbole de la ville qui relie la Plaza Mayor à l’enceinte fortifiée, l’arc del Cristo, le plus ancien de la muraille, la tour de Los Púlpitos, érigée après la reconquête, et la tour de Los Pozos, la plus haute de toutes.

On y trouve également des palais tels que le palais épiscopal, qui date du XIIIème siècle, le palais de Las Veletas sur les ruines d’un alcazar musulman, le palais de Los Golfines de Abajo avec sa façade plateresque, le palais de Los Golfines de Arriba, le palais de Las Cigüeñas ou le palais de Mayoralgo ou les palais de Godoy et de Carvajal.

Elle recèle de nombreux trésors naturels tels que le parc national de Monfragüe, la réserve naturelle de la Garganta de los Infiernos, l’espace naturel de Los Barruecos à Malpartida de Cáceres, la Sierra de Gata et la vallée du Jerte avec ses cerisiers en fleur. 

Et de belles villes telles que Plasence avec ses deux cathédrales, Trujillo avec la statue de Pizarro sur la Plaza Mayor, Coria avec sa cathédrale de Santa María de la Asunción, Hervás avec son quartier juif et sa châtaigneraie galicienne et Alcántara avec son pont romain sur le Tage. 

Sans oublier le monastère de Yuste ou celui de Guadalupe avec les tableaux de Zurbarán et Jarandilla de la Vera avec son château, aujourd’hui Parador de turismo.

La cuisine d’Estrémadure regorge de produits tels que le jambon ibérique, le pimentón de la Vera, la cerise du Jerte et des fromages tels que La Serena, Ibores et Torta del Casar.

Mais elle a aussi ses propres plats tels que la morcilla patatera, les migas extremeñas, la chanfaina, le cojondongo, le zorongollo, et pour le dessert la populaire Técula Mécula.

 

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites