ZAMORA: QUE VOIR?

ZAMORA: QUE VOIR?

Elle est traversée par le fleuve Duero. Son étymologie nous renvoie à l’époque romaine, quand elle était encore connue sous le nom de Ocellum Duri (Les yeux du Duero). Au XIème siècle elle adopte définitivement le nom de Zamora.

Sa fondation remonte à l’époque du peuple des Vacceos ; plus tard elle sera occupée par les romains qui subirent les attaques de Viriate.

Le drapeau de Zamora, appelé Seña Bermeja, comporte huit bandes rouges, correspondant aux victoires de Viriate sur les romains, ainsi qu’une bande verte, en hommage à la victoire d’Isabelle la Catholique sur Jeanne de Castille, lors de la bataille de Toro. Ses couleurs sont fréquemment utilisées pour la conception des couvertures typiques de Zamora.

Au cours de l’invasion musulmane, Zamora a été détruite à plusieurs reprises, dont deux sont à attribuer à Almanzor. Elle fut ensuite définitivement reconquise au XIème siècle par Ferdinand 1er, roi de León, qui entreprit de repeupler la ville avec des montagnards, avant de la céder à sa fille, Urraque. Cette passation entraîna des conflits permanents avec ses autres frères et sœurs souhaitant mettre la main sur ce territoire. Sa défense donna naissance au célèbre dicton « Zamora ne se conquit pas en une heure » (No se ganó Zamora en una hora).

D’autres évènements sont également retranscrits en castillan, comme « La jura de Santa Gadea » : c’est ainsi que Vellido Dolfos tua le roi Sanche II de Castille, frère de Dame Urraque, pour le compte de Alphonse VI de León, a qui le Cid fit jurer qu’il n’avait pas participé à la mort de son frère, Sanche.

Avec la signature du traité de Zamora en 1143, le royaume de León reconnaît l’indépendance du royaume de Portugal. Au cours de la Reconquête, Zamora a vu ses forces diminuer et, avec la découverte des Amériques, de nombreux habitants de la ville décidèrent d’émigrer pour tenter de faire fortune. L’invasion de Napoléon mis fin à une possible résurgence de la ville qui tenta courageusement de résister.

En matière d’art, le style roman marque l’apogée de Zamora, c’est pourquoi la ville est surnommée « la perle romane ». La cathédrale Del Salvador possède une coupole à écailles, ce qui la démarque des autres et en fait le symbole de la ville. L’église de San Pedro y San Ildefonso est la plus grande de la ville et abrite un portail baroque construit par Joaquín Churriguera. Santa María de Horta, San Juan de Puerta Nueva et Santiago del Burgo sont également toutes des églises romanes.

L’église de San Andrés renferme le sépulcre de style Renaissance taillé dans l’albâtre d’Antonio Sotelo, chevalier de Zamora qui participa à la conquête du Mexique aux côtés d’Hernán Cortés. Le Cid, quant à lui, fut, selon la tradition, adoubé dans l’église de Santiago el Viejo.

A l’extérieur se trouve l’église de San Claudio de Olivares, considérée comme étant la plus ancienne de Zamora. En matière d’architecture civile la ville possède des murailles médiévales et un château. La Alhóndiga del pan, l’Hôpital de la Encarnación, la Plaza Mayor et celle de Viriato sont des exemples d’architecture du style Renaissance.

Le Palacio de los Momos, avec son portail de style gothique, le Palacio del Cordón, nommé ainsi en hommage à la corde de San Francisco taillée en pierre sur sa façade et le Palacio de los Condes de Alba de Aliste, aujourd’hui hôtel de luxe, font également partie des points d’intérêt de la ville.

Zamora possède de nombreux ouvrages modernes remarquables comme le théâtre Ramos Carrión, le bâtiment Aguiar et le círculo de Zamora.

La manifestation religieuse la plus importante est celle de la Semana Santa pendant laquelle se déroulent, entre autres, la procession du silence et celle du sermon des sept paroles.

Dans les environs de Zamora, se trouvent la ville de Puebla de Sanabria et son lac d’origine glacière ; les lagunes de Villafáfila qui raviront les amoureux des oiseaux ; la ville de Toro avec sa collégiale romane de Santa María ou encore la chaîne de montagnes de la Sierra de la Culebra.

En plus des vins et fromages d’appellation d’origine, la gastronomie de Zamora peut compter sur les pois-chiches de Fuentesaúco et le bœuf d’Aliste. Mais, il ne faut pas non plus oublier le riz à la zamorana et les figones préparées à partir de chorizo, de jambon et de fromage.

Les douceurs les plus célèbres sont les cañas zamoranas, les rebojos et le bollo coscarón.

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites