La Dynatie Des Habsbourge

La dynastie des ‘Habsbourg’ commence avec le roi Philippe I (connu sous le nom de Philippe ‘le Bel’) et compte 5 rois : Charles I, Philippe II, Philippe III, Philippe IV et Charles II.

 

Philippe I (1506)

 

Philippe I se maria avec Jeanne La Folle, fille des Rois Catholiques qui devint reine de Castille suite à la mort de sa mère Isabelle la Catholique. Mais, Philippe ne se contentant pas d’être consort, allégua que sa femme souffrait de démence ; ainsi, soutenu par une grande partie de la noblesse castillane, il fut nommé roi en 1506, mais mourut deux mois plus tard d’une fièvre typhoïde. 

 

Charles I d’Espagne et V d’Allemagne (1516-1556)

 

Charles I, fils ainé de Philippe I et de Jeanne La Folle, reçut un grand empire à la mort de son père: d’une part, les Pays-Bas, le Luxembourg, Artois et la Franche-Compté, à quoi s’est ajouté Aragon, Navarre, Castille, Napoli, Sicile, Sardaigne et les territoires déjà conquis en Amérique. En 1519, à la mort de son grand-père paternel, Maximilian I, il obtient également les territoires autrichiens des Habsourg et est élu empereur d’Allemagne. C’est pourquoi il est connu comme Charles I d’Espagne et V d’Allemagne. 

 

Son arrivée en Espagne, pays dont il ignorait la langue et les moeurs, provoqua les guerres des ‘Comuneros’ dirigées par Padilla, Bravo et Maldonado, qui furent battus dans la bataille de Villalar. 

 

Deux ans avant sa mort, il abdiqua en faveur de son fils Philippe II, et se retira au monastère de Yuste, en Estrémadure. Il accueilli là son fils illégitime Jeromín, qui se convertit en Jean Habsbourg, grand militaire et diplomate, pendant le règne de son demi-frère Philippe II. 

 

Philippe II 

 

Philippe II, surnommé “le Prudent”, s’établit dans la cour à Madrid, concrètement à l’Escorial, à partir d’où il gouvernait tous ses domaines. Puisqu’il était le fils de Charles I et d’Isabelle de Portugal, il incorpora la couronne portugaise et toutes ses colonies aux territoires hérités par son père. Pendant son règne, l’Espagne est devenu le pays le plus puissant du monde ; et de là vient la fameuse phrase ‘dans l’empire espagnol, le soleil ne se couche jamais’. 

 

Philippe II fut un grand défenseur de la chrétienté. Il remporte deux grandes victoires militaires, mais aussi subi une défaite importante.

 

  • Dans la bataille de Saint-Quentin (dans le nord de la France), il vainc les français. Pour fêter sa victoire qui eut lieu le 10 Aout 1557, jour de Saint-Laurent, il ordonna de construire le monastère de Saint-Laurent de l’Escorial. 
  • Dans la bataille navale de Lepanto, qui eut lieu dans la cote de la Grèce, Philippe II mena ladite Sainte-Ligue, et vaincra l’empire ottoman des Turcs. 

 

Son grand échec fut son affrontement contre l’Angleterre pour le contrôle maritime mondial qui se termine par la défaite de l’invincible Armada dans les cotes d’Écosse et d’Irlande, dû en grande partie aux conditions metereologiques auxquelles le camp adverse était accoutumé.  Le projet de Philippe II de détrôner Isabelle II et d’envahir l’Angleterre tombe alors à l’eau. 

 

Philippe III (1598-1621) 

 

Philipe II fut succédé par son fils Philippe III, surnommé ‘Le Pieux’ qui était fils de sa quatrième femme Anne d’Autriche. Philippe III n’avait pas d’attrait pour les affaires d’état, ce pourquoi il ceda le pouvoir à une série de ‘favoris’, le duc de Lerma étant le premier et le plus connu d’entre tous. 

 

Le fait le plus remarquable de son règne fut l’expulsion des maures, les musulmans forcés à la conversion au christianisme pendant le règne des rois catholiques. Leur intégration dans la société espagnole était devenu difficile et, en 1609, il les expulse d’Espagne, pour des motifs religieux et de sécurité intérieur. 

 

Philippe IV

 

Philippe III fut succédé par son fils Philippe IV, surnommé le roi ‘planète’ qui monta au trône à seulement 16 ans. Comme son père avait déjà fait, il délégua le pouvoir à un ‘favori’, le compte-duc d’Olivares, qui essaya de maintenir l’hégémonie espagnole en Europe combattant dans la guerre des trente ans qui confronta l’Espagne à la France.

 

Philippe IV fut un mécène de la culture qui promut la création artistique, littéraire et théâtrale. Son royaume coïncida avec ledit ‘siècle d’or’ de la culture espagnole, avec des figures comme le peintre Vélasquez, le dramaturge Lope de Vega ou le poète Quevedo. 

 

Charles II

 

Philippe IV fut succédé par son fils Charles II, connu sous le nom de ‘l’Ensorcélé’, en raison de sa constitution maladive et fragile, et de ses faibles capacités mentales.

 

Son règne se caractérise par une crise économique héritée du règne de son père et par les guerres contre la France de Louis XIV. 

 

Malgré s’être marié deux fois, Charles II n’eut pas de descendance, ce qui donna lieu à la guerre de succession espagnole, un conflit international qui dura de 1701 à 1713, date de la signature du Traité d’Utrecht. En 1700 il nomma Philippe d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, comme son successeur. Celui-ci monta sur le trône avec le nom de Philippe V, initiant ainsi la dynastie des Bourbons. Cela met ainsi terme à la dynastie des Habsourg qui s’était maintenu au pouvoir pendant plus de deux siècles à l’époque de plus grande splendeur de l’empire espagnol.

 

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites