L’Espagne romaine: La romanisation de la péninsule ibérique

La conquête de la péninsule ibérique par Rome a duré deux siècles, à partir de l’année 218 av. J.C. jusqu’au 19eme siècle av. J.C. Les romains ont donné à la péninsule le nom d’Hispanie et ont entrepris cette conquête pour trois raisons principales :

Imposer leur hégémonie sur le pourtour Méditerranéen occidental qu’ils se disputent avec Carthage.
Obtenir la richesse permettant d’acquérir des minéraux comme l’or et l’argent et se procurer des produits comme le vin ou l’huile.
Et enfin, dans une dynamique géographique de conquête de toute l’Europe, arriver jusqu’au cap Finisterre (en latin, ‘la limite de la Terre’), le point le plus occidental du monde connu jusqu’alors.

La conquête commence avec le débarquement de Publius et Cnaeus Scipio à Emporion, aujourd’hui Ampurias, dans la région de Gérone, lors du déroulement de la deuxième guerre punique ; du côté Carthaginois se sont succédé aux commandes Hamilcar Barca, Hasdrubal et, finalement, Hannibal.

Hannibal part de Cartago Nova, aujourd’hui Carthagène, surmonte les Pyrénées et les Alpes avec son armée escortées d´éléphants et arrive jusqu’aux portes de Rome.

Suite à la victoire romaine dans la bataille d’Ilipa, près d’Alcalá del Río, à Seville, les carthaginois se trouvèrent forcés d’abandonner la péninsule et, seront finalement complètement défaits dans la bataille de Zama, en Afrique, par Publius Cornelius Scipio, dit ‘l’Africain’.

Les romains ont avancé dans la conquête grâce à une unité militaire connue comme Légion Romaine, capable de combattre aussi bien dans les terrains plats que montagneux. Elle était composée de 6.000 hommes et 300 cavaliers et avait un nom et un nombre assignés comme par exemple ‘Legio Gemina Septima’, originaire de la ville de León, dont le nom dérive de Legio.

Cependant dans son avancée par la péninsule ibérique, les romains ont rencontré une féroce résistance :

Indibilis et Mandonius, chefs des tribus ibériques des Ilergetes et Ausetans, se sont battus contre les romains dans la vallée de l’Èbre, bien qu’ils aient fini par être mis à mort par les romains.

Dans la zone Est de la péninsule ibérique, les romains ont également dû faire face au chef lusitaine Viriathe qui, mettant en place un système de guerre appellé guérillas, a résisté pendant sept ans à toutes les armées romaines envoyées pour le vaincre. À la fin il est parvenu à un accord de paix avec Rome mais a été subitement assassiné par trois de ses bras droits. D’après la légende quand ceux-ci sont allés récupérer leur récompense auprès du consul Scipion Émilien, ce dernier ordonna qu’ils soient exécutés pour traitrise prétextant que ‘Rome ne récompense pas les traitres’.

Un autre exemple est la résistance celtibère dans la ville de Numance, aux environs de l’actuelle Soria. Dans l’année 133 av J.C. le général Scipio Émilien a soumis la ville à un blocus de 15 mois avec 60.000 soldats contre 2.500 numantins. Face à la défaite, la plupart des défenseurs ont préféré se suicider plutôt que de devenir esclaves.

Ont également contribué à la romanisation de la péninsule ibérique les guerres sertoriennes. Ces guerres qui opposaient Pompée et le général romain Sertorius, comptant tous deux des tribus ibériques dans leurs troupes, ont eu lieu en Hispanie entre les années 82 et 72 av. J.C.

La dernière victoire de Julius César a été la bataille de Munda, près de Jaén. Quelques mois après il a été assassiné à Rome, ouvrant la voie aux périodes connu comme l‘Empire Romain’.

La présence romaine dans la Péninsule Ibérique dura six siècles, depuis le siècle II av J.C., jusqu’au début du Vème siècle quand les wisigothes sont entrés.

La romanisation se sous-tend en quatre grands axes :

La langue : le latin remplace les langues indigènes (ibère, celte). On estime qu’a peu près 70% des mots de la langue espagnole proviennent du latin.

La religion : La religion polythéiste a été remplacé par le christianisme qui devient la religion officielle de l’Empire Romain à la fin du IVème siècle avec l’empereur Théodose.

Le droit : Le droit romain qui a introduit les lois, le concept de l’État, et l’organisation territoriale d’Hispanie divisée en trois provinces à l’époque de l’empereur Auguste : la Bétique, la Tarraconaise et la Lusitanie.

La civilisation urbaine : les romains ont créé un important réseau de chaussées qui unissaient les principales villes, parmi lesquelles les actuelles Cadiz, Carthagène, Cordoba, León, Méride, Séville et Saragosse. Toutes les villes ont un modèle commun constituée par une rue principale appelée Cardo Maximus (axe nord-sud) et le Decumanus (axe est-ouest) ; les deux convergent dans le Forum, véritable cœur de la ville, où se concentraient les bâtiments du gouvernement, les temples, les thermes et les marchés.

Des grands travaux d’architecture et d’ingénierie ont été réalisées. Quelques-uns des plus remarquables sont :

Les murailles de Lugo
L’aqueduc de Ségovie
Le pont d’Alcantara
Le théâtre de Méride

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites